LA POLICE ET VOUS : Maximilien sauve un enfant de 3 ans

portrait_maximilienMaximilien est un jeune gardien de la paix affecté depuis plus d’un an au commissariat de police du 18e arrondissement. Mercredi dernier, en se réveillant il ne s’attendait sûrement pas à sauver la vie d’un enfant de 3 ans ; pourtant, son action héroïque a été décisive. C’est avec beaucoup d’humilité qu’il nous fait part de son récit.

« Je me trouvais avec trois autres collègues, en patrouille motorisée, dans le secteur de la Goutte-d’Or, lorsque nous avons constaté sur le trottoir la présence d’un petit groupe de personnes qui s’afférait autour d’un enfant en difficulté.

Nous avons immédiatement mis pied à terre. Alors que nous tentions de comprendre la situation, j’ai constaté que le garçonnet était en train  de s’étouffer. Je lui ai dit de tousser fort, sans succès. Rapidement ses yeux se sont mis à tourner, de la bave s’est écoulée de sa bouche et il a perdu connaissance.

Je l’ai rattrapé au vol, je n’ai pas réfléchi, j’ai immédiatement pratiqué la méthode Heimlich (NDLR : ce geste de premier secours permet la libération des voies aériennes par la compression de la cage thoracique). Après 5 ou 6 compressions, l’enfant a recraché un bonbon et fini par reprendre ses esprits.

Les pompiers sont ensuite arrivés et l’ont transporté avec sa maman à l’hôpital ».

Préf Police le blog : Comment connaissez-vous la méthode de Heimlich ?

Maximilien : A 18 ans, j’ai suivi une formation de secouriste et travaillé dans la sécurité incendie, avant d’intégrer l’école de police où des cours de recyclage m’ont été dispensés ; mais c’est la première fois que je pratique ces gestes de secours sur le terrain ».

PPLB : Avez-vous des nouvelles de l’enfant ?

Maximilien : Bien sûr, le soir même, à la fin de notre service, nous sommes allés lui rendre visite chez lui après sa sortie de l’hôpital. Sa maman ne savait pas comment nous remercier, elle a même décidé de suivre une formation de secourisme.

PPLB : Avec du recul, comment avez-vous vécu cette intervention ?

Maximilien : Sur l’instant, on ne prend pas conscience de ce que l’on fait, ce n’est qu’après coup, lorsque les collègues m’ont félicité, que j’ai réalisé avoir sauvé la vie de cet enfant. J’ai tout simplement le sentiment du devoir accompli.

Le + de Préf Police le blogAffiche_gestes_qui_sauvent_6EP_HD_IMP

 

Devenez acteurs : initiez-vous aux premiers secours !
La brigade de sapeurs-pompiers de Paris vous propose de suivre une initiation gratuite aux gestes de premiers secours chaque samedi.
Inscrivez-vous dès maintenant sur le site de la préfecture de police !