Rendez-vous à Hockey Corral !

Samedi 24 novembre, la glace a chauffé à l’Aren’Ice de Cergy-Pontoise ! Les Sentinelles, l’équipe de hockey sur glace des forces de l’ordre, se sont opposées aux Brûleurs de glace, l’équipe de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, lors d’un match de gala. Pour Prefpolice, le blog, les capitaines des deux équipes sont revenus sur la rencontre qui s’est conclue par deux buts à un en faveur des Brûleurs de glace.

 

Marc Romanet, capitaine de l’équipe Les Sentinelles

 

Marc Romanet est brigadier de police à Marseille. Il a pratiqué le hockey sur glace pendant 13 ans en hockey mineur, avant une pause de 16 ans et une reprise il y a 5 ans et l’intégration de l’équipe des Sentinelles à sa création en 2015.

 

Que vous apporte la pratique de ce sport sur les plans personnel et professionnel ?

L’activité sportive, qui permet d’évacuer le stress de la vie courante et du travail tout en se maintenant en forme, est primordiale pour garder un équilibre général. J’ai choisi de pratiquer le hockey sur glace, très prisé dans ma ville natale de Briançon, qui est un sport collectif, physique, intense et rapide. Ce sport me permet de rencontrer et d’échanger avec mes collègues venus d’horizons divers, de par la structure de notre équipe, mais aussi, comme dans mon métier de policier, de me mettre au service d’un groupe.

 

Comment s’est déroulé le match contre Les Brûleurs de Glace ?

L’enjeu était particulier car il s’agissait de notre troisième rencontre avec cette équipe. C’est un corps de métier avec lequel nous nous complétons souvent sur le terrain. Nous avons remporté les deux premiers matchs, donc l’équipe de la BSPP avait à cœur de prendre sa revanche. Ce match a été difficile pour nous sur le premier tiers temps de jeux, avec beaucoup d’engagement physique et de vitesse de la part des pompiers et la nécessité pour nous de se mettre dans le rythme. Le reste du match a été plutôt équilibré et notre équipe a montré de belles qualités.

 

Quelle est votre réaction par rapport au résultat ?

Nous sommes forcément un peu déçus, toute l’équipe s’est battue pour revenir au score mais il nous a manqué la réussite devant la cage pour marquer. Les pompiers ont été plus réalistes sur cette rencontre et ont réussi à tenir la pression de fin de match.

 

Quels sont vos objectifs pour les mois à venir ?

Nous avons un prochain regroupement prévu à Vaujany (38) du 14 au 17 février 2019. Le regroupement suivant aura lieu à Rennes (35) du 19 au 24 mars 2019. En 2020, nous espérons pouvoir participer à la prochaine coupe du monde de hockey police comme nous l’avions fait en avril 2017 à Libérec (République Tchèque). Mais pour cela, il va nous falloir l’aide de sponsors. A plus long terme, nous visons les Jeux mondiaux Police-Pompiers de 2021 à Rotterdam et ceux de 2023 à Winnipeg (Canada).

 

Les Sentinelles est la première équipe de hockey sur glace représentant l’ensemble des forces de l’ordre françaises. Elle se compose de 33 policiers (dont 7 de la préfecture de Police), 16 gendarmes, 2 policiers municipaux, un douanier et un agent pénitentiaire affectés sur l’ensemble du territoire national. Anciens joueurs de haut niveau ou simples pratiquants, Les Sentinelles participent à de nombreux tournois en France et à l’étranger.

. Mehdi Ghommidh, capitaine de l’équipe Les Brûleurs de glace

 

Le Sergent Mehdi Ghommidh, 34 ans, compte 13 ans de service à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Il est passé par la 5e Compagnie (Champerret et Levallois), puis par le Centre Opérationnel et est actuellement affecté au Centre de Secours Saint-Cloud de la 16e Compagnie.

 

Que vous apporte la pratique de ce sport sur les plans personnel et professionnel ?

Sur le plan personnel, le fait de gérer un groupe de 28 sportifs, de faire le lien entre nos autorités et d’organiser différents événements dans la France entière m’a permis de m’investir et de faire naitre en moi des qualités insoupçonnées. Les membres de l’équipe me le rendent bien en me suivant dans mes décisions hors et sur la glace. Je peux faire le parallèle avec mon métier, où je gère à la fois une équipe de sapeurs-pompiers au sein et hors de la caserne, lors des interventions. Cette cohésion et cette abnégation qui caractérisent notre métier, je les retrouve aussi sur la glace lors des matchs ou des entraînements.

 

Comment s’est déroulé le match contre les Sentinelles ?

C’était le premier de la saison 2018/2019 pour nous et non des moindres, car nous n’avons jamais eu l’occasion de rencontrer nos collègues des Sentinelles au cours d’un vrai match officiel. Donc je dois avouer que nous avions un certain trac, d’autant que notre équipe comptait quelques nouveaux inscrits. Le match a été enrichissant humainement et sportivement. L’équipe a été très concentrée tout au long de la rencontre et, surtout, tout le monde est allé puiser dans ses propres ressources, physiques ou techniques, pour le bien du groupe. Nous noterons la belle prestation de nos deux gardiens de but, sans qui nous n’aurions pas vécu le même match. Mais au-delà de la compétition sportive, le fait de rencontrer des policiers qui partagent la même passion que nous en dehors de leurs interventions a été apprécié par tous les joueurs.
Nous avons pris la mesure de l’image que véhiculaient nos institutions respectives, au vu du nombre de spectateurs présents et des retours positifs que j’ai eus, en live !

 

Quelle est votre réaction par rapport au résultat ?

Je suis très content du résultat pour notre équipe, qui se cherche encore. Cependant le score 2-1 veut bien dire qu’il n’y avait pas de plus fort ou de plus faible et que les équipes étaient très bien équilibrées. Mais le résultat n’est qu’un détail : le but de ces regroupements est de partager du temps hors interventions et d’échanger avec une profession que nous connaissons finalement peu, malgré le temps passé ensemble sur le terrain.

 

Quels sont vos objectifs avec votre équipe pour les 6 à 12 mois à venir ?

A court terme, nous en avons deux : faire grandir cette équipe qui a encore à apprendre et à construire et participer aux Jeux mondiaux Police/Pompiers en Chine, en août 2019.

 

Les Brûleurs de glace réunissent 28 sportifs de tous âges et de tous niveaux de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris affectés dans les centres de secours de toute l’agglomération parisienne. Ils participent à de nombreux tournois dans toute la France et ambitionnent de rencontrer leurs homologues étrangers lors des prochains championnats du monde Police-Pompiers.

Articles susceptibles de vous intéresser