DECRYPTAGE : des cabines de bronzage sous contrôle

L’exposition prolongée ou répétée aux ultraviolets n’est pas sans risque ! A Paris, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP 75) de la préfecture de Police se charge de contrôler si la réglementation des appareils de bronzage est bien respectée par les établissements les mettant à disposition.

 

 

Instituts de beauté, centres de bronzage, salons de coiffure, parfumeries, salles de sport, clubs de remise en forme, etc., la DDPP a effectué, depuis l’été 2016, une soixantaine de contrôles dans des établissements parisiens.

Résultat : deux grandes franchises nationales ont dû mettre en conformité les supports publicitaires et tarifaires diffusés à leurs franchisés, et ont fait l’objet d’un procès-verbal pour non-respect des
interdictions de tarifs promotionnels et pour défaut d’indication des risques sur la santé.

L’orientation des contrôles va de plus en plus vers des suites répressives administratives ou pénales.

 

Le saviez-vous : les publicités et offres promotionnelles sont interdites

La réglementation des appareils de bronzage a en effet été renforcée en 2014, puis en janvier 2016 en interdisant toute pratique de publicité et de promotions dans ce secteur. A titre d’exemple, sont sanctionnés :

  • les messages commerciaux (du type « préparez votre peau pour les vacances »),
  • les promotions incluant l’utilisation à volonté, à tarifs préférentiels ou gratuite d’un appareil de bronzage,
  • et, de la même façon, toute communication visant à faire croire que l’exposition aux ultraviolets émis par un appareil de bronzage est bénéfique pour la santé.

Au niveau national, parmi les 1100 contrôles réalisés par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), plus de 700 établissements présentaient des anomalies qu’il s’agisse des appareils (défauts dans l’entretien et la surveillance des machines) ou de la formation des employés (amélioration nécessaire de la mise à jour des connaissances des personnels et de la formation des nouveaux entrants).

De même, plusieurs règles relatives à l’information du public ne sont pas suffisamment respectées telles que des notices rarement affichées, illisibles ou ne mentionnant pas les risques liés à l’utilisation de ces machines.

Avant toute séance, les consommateurs doivent être informés
des risques sanitaires auxquels ils s’exposent


Consommateurs, les précautions à prendre

La DDPP de la préfecture de police vous livre quelques conseils et vous rappelle les précautions indispensables (liste non exhaustive) avant toute utilisation d’un appareil de bronzage :

  • prendre connaissance et respecter les mises en garde, les avertissements et les précautions affichés dans les établissements offrant cette prestation ;
  • porter systématiquement les lunettes de protection fournies ;
  • enlever les cosmétiques bien avant l’exposition et n’appliquer aucun produit sur la peau avant la séance de bronzage ;
  • éviter de s’exposer en cas de prise de médicaments susceptibles d’être photosensibilisants.
  • en cas de doute, consulter votre médecin ;
  • ne pas dépasser la durée d’exposition prévue en fonction de votre type de peau ;
  • respecter un délai de 48 heures minimum entre les deux premières séances ;
  • ne pas s’exposer au soleil et aux lampes d’un appareil de bronzage le même jour ;
  • suivre les recommandations concernant la durée, les intervalles d’exposition et les distances à lampe ;
  • consulter un médecin si des cloques persistantes, des blessures ou rougeurs se développent sur la peau, ou en cas d’antécédents de pathologie cutanée.

 

Le + de Pref Police le blog

La DDPP assure également le contrôle de produits cosmétiques (voir notre article sur les produits à visée éclaircissante) notamment des produits solaires mis en vente, en veillant au respect des niveaux de filtres. 

Consommateurs, la prudence reste de mise : plus d’informations sur les produits solaires

Articles susceptibles de vous intéresser