BOXE : PRISCA VICOT, sportive à l’esprit po-si-tif !

C’est d’abord dans le full contact que Prisca Vicot s’illustre comme sportive de haut niveau. Elle décroche le titre de championne d’Europe, de championne de France puis combat en championnat du monde. Mais à 25 ans, elle décide de s’orienter vers ce qu’elle appelle le « noble art », à savoir la boxe anglaise professionnelle amateur : « Il faut maîtriser chaque détail en termes d’équilibre, de positionnement et de stratégie de défense.».
Elle gagne trois ans de suite les championnats régionaux d’Ile-de-France puis décide de passer à la boxe anglaise professionnelle, une discipline qui lui correspond vraiment : dans cette catégorie, selon elle, la boxe anglaise est plus exigeante  et cette quête de la perfection la motive. « En professionnel, selon le niveau de la compétition, on peut construire un combat sur 6 à 10 rounds de deux minutes contre 4 rounds chez les amateurs ».
Bien se « poser », adopter la bonne stratégie, accomplir le geste parfait, c’est un entrainement rigoureux de chaque jour. Et cela paie, puisque Prisca Vicot remporte trois titres de championne de France auxquels s’ajoute, en octobre dernier, un titre de championne internationale, « l’équivalent d’un titre de championne d’Europe », le niveau juste au-dessous de championne du monde : son rêve.

Encore plus fort !

« Championne du monde, c’est le but de ma vie. Mais je veux me préparer avant. Je veux gagner ! Pour cela, je travaille 4 heures par jour dans un club et pars m’entraîner pendant 6 heures par jour chaque week-end en Allemagne, dans un centre spécialisé où je me confronte aux meilleures mondiales », ajoute cette spécialiste du coup de poing direct et de l’uppercut.
Occupant le 11e rang mondial au classement officiel, elle vise l’entrée dans le « top 10 » et surtout, le titre de championne du monde : « Je rapporterai la ceinture mondiale à mon service, c’est un juste retour des choses ! », affirme-t-elle, en précisant qu’elle adore son travail à la PJ, où elle est brigadier au sein de l’unité de surveillance et d’assistance, chargée de la sécurité des gardes à vue. Elle remercie d’ailleurs beaucoup sa direction pour ses encouragements et son soutien.

« Mes performances sportives me rendent épanouie, heureuse et confiante. Auprès de l’équipe que j’encadre, je m’attache à diffuser un esprit totalement positif. J’encourage mes collègues à se battre pour leurs rêves, je leur dis que la vie est courte et qu’avec du travail, on y arrive toujours ! »

Cet esprit de battante, c’est sa mère qui le lui a transmis : « Elle est mon modèle et je suis très proche d’elle. Elle s’est battue toute sa vie pour ses enfants, elle n’a pas eu une vie facile, mais elle nous a toujours conseillé de rester positifs et de suivre nos rêves. C’est surtout pour elle que je remporterai le championnat du monde ».
Pour Prisca, croisons les doigts !

Articles susceptibles de vous intéresser