Une policière-poète récompensée !

La médaille d’or du concours annuel de poésie organisé par l’association artistique de la préfecture de Police vient d’être décernée à Marie-Christine Loustau, brigadier-major dans un commissariat de Seine-Saint Denis (93).

Baptisé Un arbre dans la ville, son poème a été couronné parmi les textes concurrents, qui traitaient tous du thème imposé : la nature dans la ville. Sa fidélité au challenge a enfin été récompensée après des années de participation (qui lui ont tout de même valu le Prix du préfet de Police, c’est-à-dire la médaille d’argent, en 2005).

« C’est une vraie fierté pour moi d’être reconnue par mes pairs de la préfecture de Police »,

s’émeut celle qui s’est engagée voici plus de 30 ans dans la police et qui aime à se définir comme « policière-poète ». Ces deux « états » cohabitent en elle de manière indissociable, à tel point qu’une partie de ses poèmes a été inspirée par son vécu professionnel, notamment dans ses phases les plus tristes comme les attentats de novembre 2015 ou la mort de collègues en service.

« Tous les sujets sont abordables en poésie, seul compte l’état de rêverie de celui qui écrit »,

explique celle qui compte à son actif deux recueils vendus chacun à une centaine d’exemplaires, auxquels s’ajoutent plusieurs poésies publiées chaque année dans le recueil collectif d’une association spécialisée. Amour, école buissonnière, personnes sans abri, tranches de vie policières, tout peut faire écho en elle. Admirative de Baudelaire, Verlaine, Jacques Charpentreau et « d’autres poètes moins connus », Marie-Christine Loustau assure rester modeste :

« L’important, c’est de ne jamais se prendre au sérieux ! ».

 

Articles susceptibles de vous intéresser