SUR LE TERRAIN : Sauvetage au cœur de Paris

Jeudi 29 décembre, aux alentours de 20h00, les pompiers du centre de secours Blanche (7e compagnie) sont sonnés pour un feu d’appartement dans le IXe arrondissement de la capitale.
Le caporal Cousin, chef d’équipe au premier secours (véhicule dédié à la lutte contre les incendies), « décale » avec ses collègues.

« A notre arrivée sur les lieux, on ne voit pas encore les flammes ni la fumée mais la forte odeur qui se dégage nous indique la présence d’un feu ».

L’intuition  du caporal se confirme rapidement lorsqu’il arrive au pied de l’immeuble concerné, dans une courette intérieure. Le feu en question s’est déclaré dans un appartement situé au deuxième étage et les flammes sortent par la fenêtre.
« Immédiatement, notre chef d’agrès (responsable du premier secours) nous demande d’établir une lance de plain-pied et d’attaquer directement à l’intérieur de l’appartement depuis la courette afin d’abattre les flammes et de protéger la façade du bâtiment, en ne permettant pas au feu de se propager ».

1

Mais le feu se propage rapidement aux étages supérieurs par la cage d’escalier. Piégé dans l’appartement du quatrième, un homme signale sa présence à travers les fumées qui se dégagent.
« Je reçois alors l’ordre de quitter ma lance et de me porter à son secours au moyen de l’échelle à crochet. Je grimpe donc jusqu’au quatrième étage de balcon en balcon. Une fois dans l’appartement, j’accède directement au toit de l’immeuble où se sont réfugiés l’homme en question, sa femme et leurs deux enfants. Je me porte à leurs côtés pour les éloigner des fumées toxiques et les rassurer, en attendant mes collègues ».

bspp_echelle2

bspp_echelle1

Prévenus de la situation, d’autres pompiers viennent prêter main forte au caporal Cousin pour évacuer la famille en toute sécurité.
« Nous avons pu rejoindre l’immeuble adjacent via les toits pour faire descendre les enfants puis les parents avec des cagoules d’évacuation reliées à nos appareils respiratoires ».
Les quatre victimes sont ensuite prises en charge et conduites à l’hôpital pour faire un bilan complémentaire. Ayant repris sa lance, le caporal Cousin termine l’extinction de l’incendie avec ses collègues. Au total, trois lances auront été nécessaires pour en venir à bout.

2

De retour en caserne, le jeune chef d’équipe peut enfin souffler et repenser à son action héroïque, en attendant la prochaine intervention.
«  Ce n’est pas tous les jours qu’on effectue un sauvetage au moyen de l’échelle à crochet. Mais notre entrainement quotidien nous permet d’assurer ce type de mission en toute circonstance ».
Au cours de leur transport en milieu hospitalier, les quatre victimes évacuées saines et sauves n’ont pas manqué de saluer le courage de leur sauveteur en attendant de pouvoir le remercier personnellement.

En savoir plus

Le centre de secours Blanche

3

 Implantée au cœur du quartier Saint Georges, entre les bars de Pigalle et les grands magasins du boulevard Haussmann, la caserne Blanche forme, avec le centre de secours Saint-Honoré, la 7e compagnie du 1er groupement d’incendie de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Avec un effectif d’une centaine d’hommes tous grades confondus et de huit engins d’intervention (3 VSAV, 1 FPT, 1 PSE, 1 MEA) de deux véhicules de commandement (VLR), elle assure plus de 10 000 interventions par an.

Le sauvetage mythique du caporal Thibault
4Le 9 août 1868, un violent incendie se déclare rue du Faubourg Saint-Antoine, dans le 4e arrondissement. Le caporal Thibault du centre de secours Sévigné, réussit à sauver plusieurs personnes en un temps record au moyen d’une échelle à crochet, en passant de balcon en balcon.

En dépit des évolutions technologiques qui ont vu le jour depuis, le sauvetage à l’échelle à crochet constitue, pour tous les sapeurs-pompiers de Paris, l’exploit de référence qui reste parfois le seul moyen de sauver des vies.

 

Articles susceptibles de vous intéresser