RENCONTRE : Louise Plantin, illustratrice du prochain Liaisons !

Louise Plantin, illustratrice free lance, a réalisé tous les dessins de ce Liaisons spécial enfants.

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 24 ans, j’habite dans la jolie ville d’Amiens avec mon mari qui est un jeune homme formidable et notre furette (c’est un petit animal au poil très doux). J’ai fait des études de dessin à l’école Estienne (Paris) puis à l’école de l’image à Angoulême.

Depuis quand dessinez-vous ?

Depuis toute petite ! J’ai toujours adoré ça. Dès l’école primaire, j’organisais des cours de dessin pour mes petites sœurs et je leur fabriquais des livres illustrés par mes soins.
Et puis vers 11 ans, j’ai pris des cours de dessin avec Mireille d’Allancé, une illustratrice de livres pour enfants. Pour la première fois, j’ai vu l’envers du décor, la façon dont les livres étaient pensés et créés ! C’était formidable.

Qu’est-qui vous a donné envie de devenir illustratrice ? Avez-vous des modèles ?

Ce qui m’a donné envie de devenir illustratrice, c’est avant tout le plaisir que je prends à dessiner et à créer des images. Je n’ai pas de modèle absolu, j’aime beaucoup de choses différentes, ça me paraît compliqué de ne citer que quelques noms… En ce moment, j’aime beaucoup le travail de Béatrice Alemagna. Quand je vois ses livres, ça me donne furieusement envie de dessiner, de me mettre de la peinture et du pastel plein les doigts. J’aime les dessins qui donnent envie de dessiner !

Quelle(s) technique(s) utilisez-vous ?

Je travaille beaucoup avec mon ordinateur (ça a été le cas pour l’histoire de Sacha et Juliette), mais quand j’ai plus de temps j’aime utiliser plein d’autres choses ! De l’aquarelle, de la gouache, des encres colorées, des crayons de couleur, de l’encre de chine…

Pour quels clients travaillez-vous ?

Au quotidien, je travaille surtout dans le monde de l’entreprise. Je dessine notamment pendant des séminaires pour que les gens ne s’ennuient pas ! J’ai des gros feutres de toutes les couleurs et je dessine en public sur de grandes feuilles. Le reste du temps je travaille chez moi, je fais des illustrations pour la communication des entreprises et de temps en temps des illustrations pour des manuels scolaires (chez Hatier).
Comment s’est faite la rencontre avec Liaisons, le magasine de la préfecture de Police ?
Un jour, j’ai reçu un mail de Mme Goupil (l’adjointe à la cheffe du service de la communication), qui me présentait ce drôle de projet, la préfecture de Police expliquée aux enfants. Ça m’a paru pouvoir être une expérience différente de ce que je fais au quotidien, donc intéressante.

Connaissiez-vous la préfecture de Police auparavant ?

J’étais déjà passée devant, mais je ne la connaissais pas vraiment. Je ne me suis jamais posé la question de l’image que j’en avais…Maintenant en tous cas, je sais que c’est un vrai labyrinthe !

De quelle façon avez-vous préparé le numéro ?

J’ai été au siège de la préfecture de Police, sur l’île de la cité, et faire un tour sur la Seine avec la brigade fluviale, ce qui était vraiment très sympa ! Pour le reste, on m’a envoyé énormément de photos pour que les illustrations soient le plus fidèles possible à la réalité et que les policiers puissent reconnaître les lieux qu’ils fréquentent.

Comment avez-vous créé les personnages de Sacha et Juliette ? Ont-ils beaucoup évolué ?

Je les ai vraiment toujours imaginés ensemble : à chaque essai de « Juliette » correspondait un essai de « Sacha ». J’avais créé comme ça cinq ou six duos différents. Il fallait que ça soit une mini-équipe de reporters qui fonctionne bien, de façon équilibrée : ils sont différents mais se complètent bien, sont complices et s’entraident pour mener à bien leur mission. Une fois qu’on avait choisi le duo, ils n’ont plus beaucoup évolué, sauf sur des questions de look vestimentaire !

Comment imaginez-vous leur personnalité ? Vous êtes-vous attachée à eux ?

J’imagine que Sacha est un petit garçon très sensible et que Juliette est décidée et téméraire : elle ose parler aux grandes personnes ! Mais les deux enfants sont surtout tous les deux très attentionnés, très généreux. Ils n’hésitent pas une seconde à voler au secours de Mme Rose !
J’ai passé environ cinq mois en leur compagnie et c’est vrai que je me suis un peu attachée à eux ! Je les imagine volontiers vivre de nouvelles aventures dans ma tête …
Votre vision de la police a-t-elle changé en travaillant sur ce numéro ?
Après ces quelques mois à travailler avec la Police, je peux dire que les policiers sont comme le reste du monde et toute l’équipe de Liaisons est très sympa !

Un projet en particulier dont vous souhaitez parler ? Peut-être un projet personnel ?

Je ne sais pas encore ! Maintenant que ce gros chantier est terminé, je vais me reposer un peu et j’espère avoir plus de temps pour dessiner simplement, sans savoir à l’avance ce que je ferai !

Quelles sont les qualités nécessaires pour devenir illustrateur ? Un conseil pour ceux qui souhaiteraient se lancer ?

La qualité essentielle, c’est le goût du dessin ! Il faut aimer dessiner, et dessiner beaucoup, beaucoup, beaucoup ! Si vous voulez devenir illustrateur et que vous aimez vraiment dessiner, vous le pouvez ! N’écoutez pas ceux qui tenteraient de vous décourager, dessinez tous les jours, partout, et quand vous ne pouvez pas le faire, regardez les choses en les dessinant dans votre tête. Le reste viendra tout naturellement.

Où peut-on voir votre book ?

Sur mon site internet, www.louiseplantin.fr ! Il y a une partie dédiée à l’illustration pour enfants, et un blog où j’ai mis les premiers dessins de Sacha et Juliette.

 

Articles susceptibles de vous intéresser