PORTRAIT : policier et photographe

Brigadier à la préfecture de police, Nicolas Durupt est également photographe et expose au-delà des frontières de l’Ile-de-France : il présente actuellement une vingtaine de ses œuvres à la sous-préfecture de Neufchâteau (88).

 

 

 « La photo, ça m’est venu en 2004 », annonce Nicolas à l’évocation de sa passion.

 

C’est une grave blessure en service l’immobilisant pendant 10 mois qui le conduit à la photo. « Ce fut un passe-temps chirurgical », résume-t-il non sans humour. Il se dote d’un appareil photo, commence par la macro et évolue progressivement en gamme de boitiers.
Rétabli, il ouvre ses perspectives en réalisant des paysages, des portraits, des nus. « J’ai été découvert en 2008 par des photographes qui m’ont poussé à faire de petites expos qui ont bien fonctionné ».

Loin de la BAC du 2e arrondissement de ses débuts, Nicolas est aujourd’hui responsable de la sécurité des systèmes d’information et chef de projet au Cabinet du préfet de Police. Il est également membre de l’association artistique de la préfecture de Police (AAPP) et a déjà remporté plusieurs prix dont le Premier prix de la Maison Européenne de la photographie pour « Présence».

Sa technique photographique 

 

« Présence » de Nicolas Durupt

Sur cette œuvre, il précise son approche : « Depuis quelques années, je rêvais de me retrouver sur ce lieu qu’est Stonehenge. Après quatre jours sur place et de nombreuses heures de patience, j’ai trouvé le bon angle et le bon moment. Les couleurs, la lumière, le rendu résultent des paramétrages manuels que j’effectue sur mon appareil photo, car je suis contre l’utilisation de logiciels de retouche, sauf pour supprimer des poussières ou tâches visibles sur la photo. »

Pour d’autres de ses œuvres où l’on trouve des effets de fluidité ou de vitesse, Il précise utiliser un filtre noir ND3 permettant de faire des pauses très longues et donnant un rendu différent à toute chose en mouvement sur la photo. « Mis à part les réglages nécessaires personnels, ma technique est toujours différente selon le sujet et le moment. »

Son inspiration

« J’ai toujours été proche de la nature, je viens d’un monde paysan … »

 

Outre sa passion pour l’Asie, Nicolas a fait des paysages sa spécialité. La photo qui illustre l’affiche de l’exposition et s’intitule « Matin calme » a été prise dans la région des Mille étangs. Nicolas y a passé la nuit pour s’imprégner du lieu et figer le bon moment : « J’ai attendu l’aube arriver ». Et de rajouter : « D’ailleurs, je n’ai pas pu faire d’autre photo, car une vache est venue derrière moi me pousser dans l’eau avec son museau ! ».

 

« Matin calme » de Nicolas Durupt

 

L’exposition  au grand Salon de la sous-préfecture de Neufchâteau

Cette nature qu’il affectionne est omniprésente dans les 22 photographies composant l’exposition de Neufchâteau. Paris, l’Ecosse, l’Ouest, l’Est… Les paysages proposés intéressent d’ores et déjà certains acquéreurs.
D’ailleurs, entre ses diverses activités artistiques (expositions, livres, etc.), Nicolas pense déjà à son prochain voyage, l’Irlande, où il n’est pas encore allé mais dont la nature mystérieuse l’attire… évidemment !

 

Informations pratiques

Exposition de photographies – Nicolas Durupt

Grand salon de la sous-préfecture de Neufchâteau

Place des Cordeliers

88 300 Neufchâteau

Jusqu’au 8 juillet 2017

Ouvert au public : les mercredis de 14h à 17h

> En savoir plus sur le photographe