Maïva Hamadouche, championne du monde de boxe pour la 5e fois !

Maïva Hamadouche, jeune policière affectée à la Compagnie de Sécurisation et d’Intervention de Paris (CSI 75) de la préfecture de Police, confirme son titre de championne du monde IBF de boxe, catégorie super plume pour la cinquième fois. Le 4 décembre dernier au Zénith de Paris, elle a combattu la brésilienne Viviane Obenauf.

 

Comment vous êtes-vous préparée à ce combat ?

Je m’entraîne toute l’année de façon très assidue pour avoir une base solide, aussi bien physiquement que techniquement. Je m’entraîne tous les jours, et un mois et demi avant l’échéance, je fais des planifications d’entraînement avec un coach, un préparateur physique et j’augmente aussi la quantité de travail.
Le sport de haut niveau exige un mode de vie particulier. Seule la performance compte et il faut tout mettre en œuvre pour être au meilleur niveau le jour J.
L’entourage en boxe est aussi très important, malgré le fait que ce soit un sport individuel.

Quels étaient vos attentes et votre état d’esprit ?

Je savais que mon adversaire Viviane Obenauf était une adversaire solide, qu’elle était bien préparée pour m’affronter. C’est une très bonne boxeuse. Je voulais faire, bien sûr, un beau combat, montrer mon engagement et rester fidèle à moi-même en gardant mon style de boxe, très offensif, physique, apprécié du grand public. Je voulais conserver ma place de championne avec la manière, me faire plaisir.

 

Comment conciliez-vous votre statut de championne du monde de boxe et votre métier de policier ?

Le Service, la CSI75, m’aide en m’octroyant des jours d’Autorisation Spéciale d’Absence (ASA) pour compléter mes préparations.
Je récupère après le combat, quelques jours, en fonction de la difficulté de celui-ci.
J’essaie de partir en congés après chaque grosse échéance pour faire une coupure, quand je le peux. Ce sont des combats à enjeux importants, il y a pas mal de pression. Mais ça se gère.

Beaucoup de collègues suivent mes résultats et viennent aux combats, je les remercie.

Je remercie également le directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, Monsieur Fréderic Dupuch, le sous-directeur des services spécialisés de l’agglomération Monsieur Jean-Luc Mercier et Madame Valérie Goetz, commissaire divisionnaire de police, pour m’avoir encouragé lors de ce combat au Zénith de Paris.

Quels sont vos futurs projets ?

Devenir une icône de la boxe dans le Monde. 20 victoires dont 16 avant la limite…ça montre mon efficacité et je compte bien devenir incontournable à l’échelle internationale.
Le sport féminin, dont la boxe féminine, prend de l’ampleur, notamment aux États Unis. C’est pour cela que je souhaiterais m’y rendre et donner une autre dimension à ma carrière.
Côté police, pour l’instant je ne prends pas de disponibilité car je m’y retrouve, j’arrive à concilier ces deux métiers, je verrai en fonction de mes difficultés, en espérant pouvoir continuer sur cette lancée et à véhiculer une bonne image de la Police Nationale, étant une vraie policière de terrain et une vraie championne.
J’ai plein de projets pour la suite dans le sport, la police, les médias…
Je travaille actuellement avec la chaîne RMC et mon promoteur est Brahim Asloum.

Articles susceptibles de vous intéresser