Lectures d’été : Une disparition de Michel Tourscher

Gabriel Lavilla, commandant à la brigade criminelle de Nice, se voit chargé par sa hiérarchie d’enquêter sur la disparition inquiétante de Laurent Ghiberti, un important patron d’une société de travaux publics. Le dossier est d’autant plus sensible que le P.-D.G. est un proche du maire. Fugue amoureuse ? Enlèvement ? Accident ? Meurtre ? Toutes les pistes doivent évidemment être étudiées par la police judiciaire. Très rapidement, les policiers découvrent que l’entrepreneur traitait notamment avec des hommes d’affaires Russes installés sur la côte d’Azur.

 

« Le mystère s’épaississait et je n’aimais pas ça. Cette disparition ressemblait de plus en plus au vilain tour d’un magicien incapable de faire revenir son lapin »

Journaliste en quête de scoop, femmes fatales, villas somptueuses, amour d’enfance retrouvé, mafia… tous les ingrédients sont ici réunis par le commandant de police Michel Tourscher qui, comme son héros, est en poste à Nice. Ce roman noir, digne des polars américains des années cinquante, s’inscrit dans la veine procédurale. L’enquête emmène le lecteur de Nice à Monaco, quoi de mieux que la French Riviera pour cet été ?

 

Une disparition
Editions Toucan NOIR
336 pages
13, 90 euros

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant d’être affecté dans les Alpes-Maritimes, Michel Tourscher a passé ses « jeunes » années parisiennes entre 1989 et 2001 à la 2e division de police judiciaire en groupe criminel (d’abord sur le site de l’ex 4e DPJ rue de Charenton dans le 12e puis, rue Louis Blanc dans le 10e. Il est l’auteur de Flics Requiem, un premier roman qui obtient le prix VSD en 2013.

 

 

 

 

 

 

Articles susceptibles de vous intéresser