DECRYPTAGE : des tournages sous contrôle

A l’occasion de la 42e cérémonie des César qui a lieu à Paris le 24 février, nous avons rencontré Sylvie, responsable de la cellule des prises de vue de la préfecture de Police de Paris.

Son rôle est d’instruire et de contrôler toutes les demandes de tournage (longs ou courts métrages, publicités…) sur la voie publique dans la Capitale.

Quelle est la procédure d’instruction d’une demande de tournage à Paris ?

On distingue deux types de demandes :

La procédure normale : qui est gérée à la fois par la préfecture de Police mais également par la mission cinéma de la mairie de Paris, en tant que gestionnaire du domaine municipal.

Le demandeur dépose un dossier auprès de la cellule des prises de vue de la préfecture de Police au moins dix jours ouvrables avant le début du tournage. Celle-ci instruit le dossier, en collaboration avec les commissariats centraux et d’autres services, si nécessaire (brigade fluviale, bureau des taxis, etc.).

La procédure simplifiée : est quant à elle uniquement gérée par la préfecture de police. Elle ne concerne que les tournages dont les moyens techniques et logistiques sont de petite capacité et n’entrainent aucune gêne à la circulation des véhicules et des piétions (maximum 10 professionnels, moyens techniques légers comme des appareils d’épaule, pas d’effets spéciaux visuels ou sonores, et des prises de vues effectuées entre 7 heures et 22 heures).

Dans les deux cas, la demande acceptée, les fonctionnaires de la cellule prise de vue sont également amenés à contrôler en temps réel et de manière inopinée le respect des règles de tournage précédemment définies.

En 2016, la cellule des prises de vue de la préfecture de Police a instruit 1771 demandes d’autorisation et 111 longs métrages ont été tournés dans la Capitale dont Dalida de Liza Azuelos et Raid dingue de Dany Boon.

Quels sont les lieux de tournage les plus demandés ?

Les productions sollicitent, bien évidemment, les lieux les plus symboliques et « carte postale » de la Capitale tels que la tour Eiffel, les Champs-Elysées, Notre-Dame, le Sacré-Cœur ou le pont de Bir-Hakeim… On remarque, depuis quelques années, que l’Est parisien suscite de plus en plus d’intérêt comme le quai de Jemmapes, le long du canal Saint-Martin ou l’avenue de France dans le 13e arrondissement dont la configuration est propice aux tournages de cascades.

Depuis août 2013, la préfecture de Police, ouvre également ses locaux aux tournages. Moyennant la signature d’une convention, les sociétés de production bénéficient ainsi de vrais décors comme la caserne de la Cité, les fourrières, le garage central, etc.

Articles susceptibles de vous intéresser