Conseil lecture : rencontre avec Eric Dupuis, flic et auteur

Eric, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
J’ai bientôt 52 ans, je suis originaire du Pas-de-Calais et je travaille dans la région parisienne depuis 31 ans. Policier auxiliaire (1er contingent), en octobre 1986, je suis rentré à l’école de police en 1987, puis affecté à Asnières en 1988. Après plusieurs années de voie publique et de missions de prévention dans les quartiers sensibles auprès des jeunes en difficultés, je suis devenu formateur en APP (activités physiques et professionnelles) en 1999 et Major à l’échelon Exceptionnel en 2011.

Dans quel service travaillez-vous aujourd’hui ?
Depuis 1999, je suis affecté au CTSF 92 (centre territorial de stages et de formations) qui, depuis 2015, est rattaché à la SDF (sous-direction de la formation). Mes missions consistent à élaborer le planning des formations, superviser mon unité composée de cinq formateurs et gérer les stocks d’armes et de munitions en tant que RAM (armurier). Je participe également à la formation continue des policiers au tir, à la self-défense et aux TSI (techniques de sécurité en intervention).

Quand avez-vous commencé à raconter des histoires ?
Dès l’adolescence… d’abord par le biais du dessin. L’écriture est venue lors de mes premiers pas sur la voie publique lors de mon service militaire. Le contact du public et nos missions parfois atypiques m’ont donné de l’inspiration. En même temps que mes premiers romans, je me suis aussi mis à proposer des synopsis à des sociétés de production pour la télévision de 2006 à 2011.

Qu’est-ce qui vous intéresse dans l’écriture ?
L’évasion en premier lieu, puis le suspens. Envisager une histoire en amenant le lecteur sur de fausses pistes, et en lui laissant croire qui est le criminel, tout en le surprenant à la fin.

C’est déjà votre cinquième roman policier, d’où vous vient votre inspiration ?
Sincèrement c’est indéfinissable. Elle arrive souvent à des moments impromptus, alors que je conduis, ou que je regarde la télévision, ou même en faisant mon footing. Elle part en général d’une fin originale et je construis ensuite l’histoire. Après, au fil de l’écriture, je pars dans différentes directions. Je me laisse guider.

Quel est le « pitch » de Devoir de mémoire, votre nouveau roman ?
Une personne âgée, affaiblie par la maladie, est soupçonnée d’un meurtre actuel qui fait référence à une enquête d’après-guerre inachevée. Un passé qui hante le bassin minier, ma terre natale.

Vous avez également participé comme conseiller technique et figurant à de nombreux films et séries… qu’avez-vous fait exactement ?
Beaucoup de séries télévisées et de films ont été tournés dans le stand de tir du Conseil Général des Hauts de Seine où je travaille. Ils ont parfois besoin de conseils techniques pour leurs scènes. Mon rôle était soit d’encadrer les acteurs en leur expliquant le maniement des armes, soit de vérifier que les règles de sécurité étaient respectées ou encore de jouer mon propre rôle d’instructeur en tant qu’acteur (Julie Lescaut, Profilage, Polisse…).

Êtes-vous déjà sur de nouveaux projets ?
Oui, le 1er volume de ma trilogie Les uniformes bleus sera publié en format poche en novembre à l’Atelier Mosesu et en ce moment j’écris mon sixième roman qui, si tout se passe bien, devrait sortir chez Ravet-Anceau pour l’été 2018.

Devoir de mémoire
14€, 328 pages, éditeur Ravet-Anceau, collection Polars en Nord

Les autres ouvrages de l’auteur…
Trilogie Les Uniformes Bleus :

1. Un bon Flicard (Beaurepaire 2012)
2. Flics et frères d’armes (Les Deux Encres 2014 ; rééd Antya 2016)
3. Tueurs de Flics (Les Deux Encres 2015 ; rééd Antya 2016)
4. Aussi noir que le charbon 2016 (Ed. Ravet-Anceau), prix « Sang pour sang Polar » à Franqueville Saint Pierre en novembre 2016.

Site de l’auteur : www.romanspoliciersericdupuis.com

Articles susceptibles de vous intéresser