RENCONTRE AVEC : le policier écrivain Romain Puértolas

A l’occasion du premier salon du policier écrivain dont il est l’invité d’honneur, l’auteur du best-seller « L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » s’est prêté volontiers à un « interrogatoire » où il est question de fakir, de Uma Thurman… et bien sûr de police et d’écriture !

  • Allo, la Police?

  • Oui Madame. Bonjour, je vous écoute.

  • Vous n’auriez pas des petites histoires drôles à me raconter pour écrire un livre sur la Police?

  • Ah, Madame ! Désolé, mais c’est déjà fait !

couvertureHistoires drôles, histoires vraies, polar, fiction, pas moins de 15 auteurs, policiers, actifs ou administratifs, en service, en disponibilité ou retraités, seront présents samedi 17 septembre de 10h à 18h, au premier Salon du policier écrivain, organisé par l’association du personnel de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police (ENSP) de Cannes-Ecluse (77), en partenariat avec l’ENSP et la municipalité.

La préfecture de police sera à l’honneur avec 5 policiers présents pour dédicacer leurs ouvrages.

Matthieu KONDRYSKYN vous proposera ainsi de découvrir les appels farfelus, perles ou autres canulars reçus pendant plusieurs années par le 17 Police Secours dans son livre « Allo la police ». Dans « Les brèves de volant », Alexandre DESPRETZ,  ancien motard de la PP, donne la parole aux automobilistes rivalisant d’originalité et de mauvaise foi dans leurs excuses lors de contrôles routiers.

Vous pourrez également rencontrer Michel SIMON qui vous emmènera enquêter du côté de Marseille avec son polar  fiction « La valse des loups »,  ou bien Eric DUPUIS, auteur de la trilogie « Les uniformes bleus », qui vous entrainera, lui, dans le Nord Pas de Calais, sa région d’origine, avec son dernier livre, un polar noir intitulé « Aussi noir que du charbon » et inspiré de faits réels.

Enfin, Ludovic ALBAR, auteur également d’une trilogie de science fiction «Quantex », vous proposera de prendre les commandes d’un vaisseau spatial et d’intégrer une unité d’élite de cyberflics dans son dernier opus « Yellowstone », un polar d’anticipation qui vous propulsera dans le Paris et l’Europe des années 2050.

Romain Puértolas, officier de la police nationale, en disponibilité, connu mondialement pour son roman traduit dans 34 langues « L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » sera l’invité d’honneur de ce salon et vous dédicacera son dernier roman «  La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel ».

RENCONTRE

portrait

PréfPolice le blog : comment êtes-vous passé de la police à l’écriture ? 

Romain Puértolas : Tout naturellement puisque l’écriture m’a accompagné toute ma vie (depuis que j’ai 7 ans), même durant ma (courte) carrière dans la police. Très sollicité par les médias, j’ai dû prendre une disponibilité quatre mois après la sortie du Fakir (le 1er janvier 2014) afin de me consacrer à ma passion à 100%.

PPLB : vous êtes vous inspiré de votre expérience dans la police pour écrire vos livres? 

RP : C’est vrai pour « le Fakir », mais pas pour les 7 romans précédents. Je travaillais alors à l’OCRIEST*, comme chef-adjoint de l’unité d’analyse. Les bureaux se trouvant à Lognes, je prenais chaque matin le métro puis le RER A. C’est là, debout, que j’écrivais le Fakir sur mon téléphone portable en m’envoyant des mails. Une heure à l’aller, une heure au retour. A un moment donné dans  l’histoire, mon Fakir se retrouve enfermé à l’intérieur d’une armoire Ikea dans un camion en partance pour l’Angleterre. Ma réalité professionnelle, celles des passages de clandestins à Calais pour Folkstone, dont je lisais des notes de synthèse tous les jours, m’a alors rattrapé et j’ai créé 6 Soudanais clandestins dans le camion pour donner la réplique au Fakir, que tout le monde prenait pour un immigré illégal alors qu’il ne l’était pas. J’ai ensuite mis quelques anecdotes de police dans le roman et j’ai parlé de l’immigration illégale d’une autre manière, en me mettant dans la tête d’un clandestin, pas d’un flic, et en enrobant tout cela avec beaucoup d’humour.

*OCRIEST : Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers

PPLB : quelles sont les suites à venir pour vous ? Votre livre sur le voyage du fakir doit prochainement être adapté au cinéma ? 

RP : Je n’arrête pas d’écrire. J’ai sorti une nouvelle dans le recueil « Enfant, je me souviens », pour l’Unicef. En novembre, j’en sors une autre dans « 13 à table », un recueil pour les Restos du Coeur. L’année prochaine, je sors mon prochain roman : un livre policier, pour la première fois de ma vie ! Mais bien sûr, un roman policier déjanté et humoristique, dans lequel j’explique au lecteur la différence entre la police dans la vraie vie et celle des séries télé américaines !

On travaille toujours sur le film du « Fakir ». Le réalisateur est canadien, Ken Scott, et le casting international. Uma Thurman joue dedans. Une énorme surprise…

PPLB : La police, c’est fini ou entre parenthèses ?

RP : La police, ce n’est jamais fini, car je l’aimais avant d’y entrer, et je l’aime toujours maintenant que j’en suis, disons-le, sorti. Je conserve mes amis et collègues, j’essaie de les voir quand je passe sur Paris. Je supporte la police et le merveilleux travail de tous mes collègues en ces années difficiles de terrorisme et de stupidité humaine. Mais je ne pense pas reprendre un jour mon poste. J’habite à l’étranger, j’ai pris un autre rythme de vie et je suis entré dans le monde de mes personnages et de mes romans. Impossible de revenir à la vie réelle…

Pour rencontrer Romain Puértolas  et d’autres écrivains policiers : rendez-vous samedi 17 septembre de 10h à 18h à la salle communale rue des Ecoles à Cannes-Ecluse (77).  Entrée libre.