#Handball2017 : rencontre avec la première arbitre handball féminin Police

Adjointe de sécurité au sein de la préfecture de Police et handballeuse, Fatou a 30 ans et est aujourd’hui la première arbitre handball féminin de la fédération Police ! Évoluant en Nationale 3, elle entraîne de jeunes adolescents au Centre de Loisirs Jeunes de la Police Nationale, conciliant ses deux passions : son métier de policière et le sport de haut niveau.

fatou_diakite

 Depuis deux ans, Fatou est adjointe de sécurité à l’État-Major de Nanterre, au Centre de Loisirs Jeune de la Police Nationale (CLJ 92) et se charge notamment de la mise en place de projets, de l’accueil des jeunes habitants et des jeunes en travaux d’intérêt général (TIG).

Elle revient pour nous sur son métier et ce sport qu’elle pratique depuis l’âge de 15 ans.

 
Mes débuts

« J’ai découvert le handball en 5e, au collège Evariste Galois de Nanterre (92). Mon professeur de sport m’a conseillé de m’inscrire en club mais je pratiquais alors plusieurs sports et n’avais pas envie de me spécialiser tout de suite.

A l’âge de 17 ans, j’ai franchi le cap et fait le choix de m’inscrire en club à l’entente sportive de Nanterre où j’ai évolué dans ma catégorie en moins de 18 ans, au niveau départemental. Trois mois après mon arrivée, mon entraîneur a décidé de me surclasser en catégorie supérieure pour évoluer ainsi au niveau régional. »

match_1

Mon parcours professionnel et sportif

« Trois ans plus tard, j’ai donc signé au club de Boulogne handball afin d’accéder à un niveau supérieur puis suis retournée à Nanterre, avant d’intégrer le Issy Paris Hand (ligue féminine de handball d’Ile de France).

J’ai évolué durant trois années avec l’équipe Régionale et Nationale étant, en parallèle, sous contrat d’apprentissage avec le club, pour préparer un brevet professionnel et un diplôme d’état dans le sport avec une option handball.

Après trois années au sein d’Issy Paris Hand, j’ai été contactée par le club d’Aubervilliers handball pour renforcer l’équipe évoluant en Nationale 2.

Ayant à cœur sur cette même année de passer mon concours de police, j’ai accepté le challenge  de jouer à ce niveau tout en poursuivant mon rêve d’intégrer  la Police Nationale.
Par la suite, j’ai réussi le concours d’adjoint de sécurité et intégré l’école de police de Oissel à Rouen.

Après avoir su où j’étais affectée, j’ai signé au club de l’étoile sportive de Colombes en Nationale 3. »

match2

Le handball, cette passion que je vis… et que j’exporte !

« J’ai une vraie passion pour le handball car il véhicule des valeurs intéressantes et je souhaite le représenter sous toutes les facettes qui m’ont fait grandir.
De ce fait, j’ai passé mon premier niveau de handball (animateur de handball) pour pouvoir entraîner et transmettre également cette passion aux équipes.

Cet attachement aux respects des règles m’amène logiquement à présent à arbitrer au sein de la fédération française de handball,  ce qui me donne « le privilège » au niveau de la fédération Police d’être la première arbitre handball féminin.

Cela m’a aussi permis « d’exporter le handball » hors des frontières françaises, car je reviens d’un tournoi de 15 jours que j’ai organisé, avec mon équipe de Colombes, au Sénégal, mon pays d’origine (NDLR : Fatou est née à Bambey au Sénégal et est arrivée en France à l’âge de 12 ans).

Le handball nous a de nouveau montré une autre facette de ces valeurs : « le partage ».

Ce tournoi a pour objectif de créer une association permettant d’ouvrir le handball hors frontières.

Rien ne me destinait à accomplir ce parcours mais ce qui est sûr, c’est que j’ai toujours su ce que je voulais faire comme métier : policière ou sportive de haut niveau. »

Articles susceptibles de vous intéresser